Immigration

Le porte-parole ferait bien de la fermer des fois

Lu hier dans Libé une citation de Frédéric Lefebvre à propos d’un projet de loi que pour ma part je trouve quelque peu scélérat :

La dénonciation est un devoir républicain

On pourrait dire à ce monsieur que ses déclarations sont réminiscentes d’une époque où il ne faisait pas bon vivre, mais on se doute qu’il le sait déjà.

On attends avec impatience qu’il propose de remplacer « Liberté, égalité, fraternité » par « travail, famille, patrie » aux frontons des mairies, ce serait dans la ligne….

Récréation 6 : Des escaliers à Paris

Jean-Marc Barr n’a pas fait que Le Grand Bleu dans sa carrière, il s’est essayé également avec un certain talent à la réalisation, et s’est même une fois conformé au Dogme95 dans Lovers, un film de 1999 avec Elodi Bouchez (qui est une des actrices françaises que je préfère. Dans cette scène, Jeanne (Elodie Bouchez) et Dragan (Sergei Trifunovic) se disent adieu comme ce dernier, immigré clandestin, va être expulsé.  Puis Jeanne remonte chez elle, et le choc de la séparation s’abat progressivement sur elle… Sans doute une des scènes d’adieu les plus chhargée en émotion que j’ai vu au ciné.

On notera qu’en 1999, le problème des expulsions et des drames humains qu’elles génèrent était déjà d’actualité. Et depuis ça n’a fait qu’empirer…

Une semaine ordinaire en Sarkoland

Le conseil constitutionnel retoque la loi sur la rétention de sureté. Ah on se dit que ça pourrait-être une bonne chose, mais non. En fait la rétroactivité voulue par le nain et sa ministre de l’injustice est déclarée inconstitutionnelle, mais pas la loi. Et donc, la taule sans jugement pour ces gens qui pourraient commettre un crime. Le Canard Enchainé de cette semaine relève que la dite loi s’inspire d’un dispositif similaire en Allemagne, toujours en vigueur, et signé par personne d’autre que le chancelier Adolf Hitler. L’exemple vient de haut…

A propos de sureté, il est toujours question de porter de 32 jours à 18 mois la durée de mise en rétention pour les « étrangers en situation illégale ». Si ça ne vous fait pas bondir, moi ça m’interpelle. Il est tout bonnement question de foutre en taule sans jugement non pas des criminels dangereux, mais des gens parfaitement innocents (vous m’excuserez de penser que d’être un étranger sans-papier, ça ne fait pas de vous automatiquement un délinquant). Le silence de l’opposition (quelle opposition ?) sur le sujet est assourdissant. Camps, vous avez dit camps ?

Sarkoland sort ses muscles à Villiers-le Bel, ça a été commenté en long en large et en travers. Ce qu’on a moins commenté, c’est la réaction de Michèle Alliot-Marie et de son affidée, procureure du Val-d’Oise, Marie-Thérèse de Givry, qui a déclaré que la photo, publiée dans Match, de policiers retournant un plumard avec un gus en slip et menotté «portait gravement atteinte à la dignité humaine». On veut bien la croire. Mais on se demande, c’est de montrer la photo qui est indigne pour l’humain hein ? Pas de foutre le souk dans un apprtement à 6 heures du matin et de menotter les gens en slip ? (En tout cas, y’a des chances que le photographe se fasse virer de Match, vu la sympathie déclarée de l’hebdo pour le nain). A suivre…

Une stat marrante relevée dans Libé : entre 1995 et 2005 on note que 35% des immigrés détenteurs d’un emploi le sont aussi d’un diplôme d’études supérieures, alors que les natifs détenteurs d’un emploi ne sont que 17% dans ce cas… (on ne dit pas si les immigrés en question on trouvé un boulot en rapport avec leurs compétences où s’ils sont plongeurs au Fouquet’s).

Xavier Darcos présente les nouveaux programmes pour l’école primaire. Retour de l’instruction civique et de la morale à l’école. Faudra se lever devant le drapeau, le buste de Marianne, et la devise « Liberté, Egalité, Fraternité » (c’est pas « Travail Famille Patrie » la devise à la mode ?). Franchement quand on voit la liberté bafouée par des lois déjà votées ou en préparation comme ci-dessus, l’égalité entre les potes de Bolloré et le reste du monde, et le merveilleux élan de fraternité qui porte nos amis au gouvernement dans leurs actions quotidiennes, on se dit qu’ils ont pas honte de vouloir donner des leçons sur le sujet à nos mômes.

Je vous passe la polémique sur la Shoah et les gamins, rideau de fumée sarkozyste, juste une note : et la mémoire des mômes assassinés indirectement par la France au Rwanda on colle pudiquement un mouchoir dessus ? Et celle des victimes du massacre d’octobre 1961 ? Ou les fusillades massives de soldats de la guerre de 14 ?

« Les sectes ne sont pas un problème » selon la directrice de cabinet du nain. Ben voyons…

Un militant de RESF condamné pour outrage au nain (c’était la semaine dernière, mais j’ai accumulé un peu de retard). Il avait comparé la politique de son ministère lorsqu’il était encore à l’intérieur, à celle de Pétain sous Vichy. Fort de son impunité (le président à le droit d’attaquer en justice, mais ne peut, lui, être pousuirvi), le nain à déclenché les foudres. On attend qu’il attaque Alain Badiou qui n’hésite pas lui non plus dans son excellent «De quoi Sarkozy est-il le nom» à comparer la politique actuelle à celle du régime pétainiste dans une démonstration brillante et fondée (d’ailleurs si vous n’avez pas lu ce bouquin, faites une petite note, moi ça m’a quelque peu rassuré sur le fait qu’il existe toujours une pensée de gauche aujourd’hui et que les lavettes du PS (toutes tendances confondues) feraient bien d’en prendre de la graine).

Et pour finir, je me demande si Rama Yade (que par ailleurs je trouve bien mignonne, mais c’est un autre débat) n’en a pas marre de jouer la bonne conscience d’un gouvernement raciste. On devrait changer son titre en « Ministre déléguée pour dire des conneries qui occuperont les journalistes pendant qu’on fait autre chose ».

Tout ça (et plein d’autres, z’avez qu’à lire un peu les journaux au lieu de vous abrutir devant la TV) en une semaine… Je me souviens d’une période où une seule de ces news aurait fait bondir. C’est l’accumulation qui assomme la conscience politique vous croyez ?

Le sénat n’est pas qu’un ramassis de vieux croutons

Les tribulations de la nouvelle loi sur l’immigration (j’ai perdu le compte c’est la 3e en 5 ans la 5e en trois ans, je ne sais plus) n’ont pas pu vous échapper.

Annoncés à grand renforts de média barouf, les test ADN obligatoires pour établir la filiation en cas de « doute ».

Manque de bol pour notre odieux ministre de l’immigration et de l’identité nationale, j’ai nommé le honnissable Brice Hortefeux (déjà rien que le nom du poste j’aurais honte de l’occuper, autant être ministre des Juifs sous dans l’Allemagne de 1934, y’a des politicards qui ne reculent devant rien), partisan acharné de la chose, l’article a été purement et simplement refusé par les sénateurs (pour lesquels pour le coup mon estime remonte), au passage ceux-ci ont sérieusement écorné le projet de loi, refusant de même l’instauration d’un test obligatoire de français pour les conjoints étrangers (arguant du fait qu’épouser un français suppose une certaine connaissance préalable de la langue, ce qui n’est pas complètement idiot, encore que je me sois marié en Russie sans comprendre un traître mot de ce que racontait l’officier d’état civil, comme quoi, mais on ne va pas cracher dans la soupe), et rabaissant au passage le niveau de revenu exigible pour le regroupement familial à une somme plus raisonnable.

Merci Messieurs les sénateurs de prouver au reste du monde que les français qui vivent en Sarkoland ne sont pas tous xénophobes et racistes.

Rejoins moi en Sarkoland… Si tu peux.

Je me suis levé tôt ce matin, ça me donne le temps de parcourir la presse que je ne lis habituellement pas. Et donc, j’apprends par le Figaro que la droite, à l’aise dans ses baskets, annonce tranquillement un projet de durcissement du regroupement familial. Selon la dépêche :

Il a pour objet principal un durcissement des conditions d’accès au regroupement familial en obligeant «le membre de famille qui demande à rejoindre la France» à bénéficier «dans son pays de résidence d’une évaluation de son degré de connaissance de la langue et des valeurs de la République». Si le besoin s’en fait sentir, «l’autorité compétente organisera sur place une formation d’une durée maximale de deux mois».

Alors, on se demande vraiment si c’est pour draguer dimanche le peu d’électorat FN encore pas convaincu que cette annonce est faite maintenant. Quoi qu’il en soit, y’a des choix de mots savoureux : «…bénéficier dans son pays de résidence…». C’est une faveur qu’on leur fait à ces pauv’ gens… Voyez comme on est gentil, on veut qu’ils se sentent bien quand ils arrivent ici…

Et on va obliger les familles, sous peine de suspension des allocations familiales, à « s’engager à faciliter l’intégration de leurs enfants dans la société française, en leur offrant un apprentissage renforcé du français. » Ben tiens.

Avant y’avait la carotte et le bâton, en Sarkoland, c’est le bâton et le bâton 🙂