Politique

Revue d’entrefilets

Trouvé dans Métro ce matin un reportage (enfin un reportage de Métro, c’est à dire un article qui fait deux fois la taille d’une brève dans Libé) sur les résultats d’une enquête menée sur Internet par la RATP, concernant les améliorations que les usagers souhaiteraient voir apporter aux transports en communs de la région parisienne.

bebe-fumeur.jpgDans le lot :

  • Apprendre aux mamans à ne pas laisser leur bébé pleurer pendant le trajet (c’est sur elles n’ont qu’à les étouffer avec un coussin)
  • interdire de fumer sous les abribus.

Méfiez-vous braves gens, le bébé rejoint le fumeur aux rangs des nuisances…

A propos de fumeurs, justement, une poignée (selon la police, les organisateurs n’étaient pas assez nombreux pour compter) a manifesté sur le parvis de l’Hôtel de Ville. Comme quoi, on peut-être fumeur et con à la fois, comme si ça allait changer quoique ce soit de manifester à 12 contre une loi déjà passée, appliquée et largement médiatisée et plébiscitée. Quand on a perdu, on serre les dents et on passe à autre chose. (Comme de manifester pour le droit de fumer sous les abribus, faut pas pousser quand même) .

Dans Libé :

  • J’apprends la mort de George Habache (82 ans), le fondateur du Front Populaire de Libération de la Palestine. Habache est mort sans voir la Palestine libérée, triste pour lui, même si je n’ai aucune sympathie pour les méthodes qu’il a employées pour parvenir à ses fins.
  • Christine Albanel annonce une loi anti piratage pour l’été. Histoire de «sauver» la filière de la musique. Comme si on pouvait sauver quoique ce soit dans le business de la distribution musicale. Ces imbéciles s’entêtent à vouloir faire perdurer un modèle de distribution moribond au lieu de s’adapter. (Qui a dit Darwin ?). En attendant allez faire un tour sur Jamendo, ou sur Deezer pour voir émerger des modèles de distribution qui préfigurent l’avenir dans ce domaine.
  • L’union européenne, pas en reste de mesures de contrôle, prépare un registre électronique des entrées et sorties du territoire de l’UE, pour juguler l’immigration illégales des étrangers qui restent au dela de la durée de leur visa. A quand le tatouage d’un code barre pour les touristes ?

 

Le président en short sur internet

Internet, c’est un outil intéressant. Hier soir, avant de m’endormir, je réfléchissais dans le vague, comme ça, dans une espèce de demi-sommeil, à la médiatisation de la vie privée de notre chef de l’état, quand je fus frappé par une comparaison entre notre nain national en balade à Disneyland avec sa grande tige, et un autre nain, plus tristement célèbre, en vacances à la montagne avec sa grande tige à lui, voici plus de 60 ans.

Même convocation des photographes, même poses pour l’édification du peuple, du coup, je me suis dit que ce serait amusant de retrouver des photos d’Hitler et d »Eva Braun en vacances, et de les juxtaposer à celle de Sarko 1er et de Carla Bruni. Manque de bol, ou j’ai mal cherché ou les photos sont bien protégées, toujours est-il que je n’ai pas réussi à mettre la main sur des images potables de Carla et du président.

En revanche, en me baladant au hasard des sites, je suis tombé sur quelques similarités et similitudes pour le moins troublantes, jugez plutôt :

Hitler et sarkozy en short

Il semblerait que la pose en short ne soit pas l’apanage de notre président, et qu’un certain chancelier n’ait pas dédaigné avant lui d’exposer ses mollets.

Bien sur, l’un et l’autre firent ou reçurent des visites d’état, avec des personnages quelquefois discutables, c’est le métier qui veut ça, la realpolitik (ah oui, tiens, c’est bien là que vous aviez entendu ce terme avant…) :

Sarkozy, Khadafi, Hitler, Franco

Pour ceux qui ne l’auraient pas reconnu, le moustachu en calot, c’est le général Franco.

Il arrive même qu’on devienne vraiment pote quand on est président, avec le dictateur chef de l’état qu’on visite :

sarkozy-hitler_3.jpg

Évidemment, chef de l’état, c’est un boulot où il faut convaincre l’électeur potentiel, ou, une fois élu, convaincre encore le peuple qui vous a porté au pouvoir, que nos raisons de faire ce qu’on fait sont juste et bonnes. Pour ça il faut disposer de vrai talents d’orateur, associés à une gestuelle originale :

Discours Sarkozy, Discours Hitler

Il faut même quelquefois montrer le poing :

Sarkozy poing, Hitler poing

Voire parfois élever la voix :

sarkozy-hitler_6.jpg

Ces troublantes similarités ne s’arrêtent pas là, mais j’avais le photoshop qui fatiguait.

Quoi qu’il en soit amusez vous vous-même à faire quelques recherches sur le discours de l’un et de l’autre à propos de préférence nationale, d’immigration choisie, de prédisposition à la criminalité chez telle ou telle frange de la population, de la rédemption par le travail (il y en a d’autres, cherchez bien) et venez ensuite me dire si vous n’êtes pas un tout petit peu inquiets.

En Sarkoland les journalistes font un métier dangereux

Vu chez jesrad cette vidéo, que je m’empresse de reprendre ici.

Il s’agit du compte rendu par Guillaume Dasquié de son arrestation et de sa garde à vue, pour avoir osé publier un article à propos du 11 septembre en utilisant des sources « non autorisées ». Je vous engage à regarder intégralement cette vidéo un peu longue, c’est assez symptomatique de l’état de notre société aujourd’hui.

Guillaume Dasquié est l’éditeur du site www.geopolitique.com, un hebdomadaire en ligne spécialisé dans la diffusion de documents confidentiels.

On félicite au passage la 5, qui reste aujourd’hui à peu près la seule chaine de télé à diffuser ce genre d’infos.

Le sénat n’est pas qu’un ramassis de vieux croutons

Les tribulations de la nouvelle loi sur l’immigration (j’ai perdu le compte c’est la 3e en 5 ans la 5e en trois ans, je ne sais plus) n’ont pas pu vous échapper.

Annoncés à grand renforts de média barouf, les test ADN obligatoires pour établir la filiation en cas de « doute ».

Manque de bol pour notre odieux ministre de l’immigration et de l’identité nationale, j’ai nommé le honnissable Brice Hortefeux (déjà rien que le nom du poste j’aurais honte de l’occuper, autant être ministre des Juifs sous dans l’Allemagne de 1934, y’a des politicards qui ne reculent devant rien), partisan acharné de la chose, l’article a été purement et simplement refusé par les sénateurs (pour lesquels pour le coup mon estime remonte), au passage ceux-ci ont sérieusement écorné le projet de loi, refusant de même l’instauration d’un test obligatoire de français pour les conjoints étrangers (arguant du fait qu’épouser un français suppose une certaine connaissance préalable de la langue, ce qui n’est pas complètement idiot, encore que je me sois marié en Russie sans comprendre un traître mot de ce que racontait l’officier d’état civil, comme quoi, mais on ne va pas cracher dans la soupe), et rabaissant au passage le niveau de revenu exigible pour le regroupement familial à une somme plus raisonnable.

Merci Messieurs les sénateurs de prouver au reste du monde que les français qui vivent en Sarkoland ne sont pas tous xénophobes et racistes.

La politique de la réaction.

Je n’ai pas trop suivi l’actu ces temps derniers, mais le bruit de fond des médias n’est jamais bien loin, et je n’ai pu manquer d’entendre parler de cette affaire de kidnapping et de viol d’un enfant de cinq ans. Crime odieux, indignation et barouf médiatique habituel pour ce genre de fait divers, jusque là, rien que de très normal, surtout l’été, où les journaux n’ont pas grand chose à se mettre sous la dent et où il devient facile de monter en épingle la moindre histoire un tant soit peu vendeuse (qu’on vienne une seconde me dire que le crime pédophilique ne fait pas vendre du papier et de la pub à la TV….).

Rien qui vaille cependant la peine qu’on s’y arrête plus d’une minute, histoire de déplorer le sort du gamin, l’angoisse des parents et de cracher sur le criminel. Du moins jusqu’a cette manchette du Figaro d’hier, aperçue par hasard dans la rue sur les mesures gouvernementales adoptées pour lutter contre la pédophilie.

Et là, je me marre… Ou je pleure, c’est selon. Pas tant sur le fait qu’on veuille adopter des mesures pour circonvenir tel ou tel crime, mais sur le fait que leur annonce provient directement de la pression médiatique à la suite d’un fait divers.

Sommes nous tombés si bas que les édiles qui gèrent nos destinées ne soient plus capables que de nous pondre des lois en réaction à l’indignation populaire ? Ce genre de mesure, concoctée dans l’urgence, sans la moindre réflexion à long ou même à moyen terme sur leur efficacité, juste calculée pour leur effet d’annonce a-t-elle le moindre sens ? (sans compter les possibilités qu’elles interfèrent avec des mesures déjà en place, créant un foutoir judiciaire de plus).

De plus en plus, depuis quelques années (pour une fois je ne met pas que le gouvernement de Sarkozy en cause), c’est la façon dont le gouvernement se comporte pour légiférer. (Il y a quelques mois, un récidiviste récidive, mesure contre la récidive (tiens elles ont pas empêché le pédophile de récidiver), et d’autres à l’avenant).

Pour ma part, ça m’inquiète. Un gouvernement responsable devrait pouvoir se détacher de ce genre de pression, et prendre le temps de la réflexion avant de se lancer dans une législation dont ils ne mesurent ni les effets, ni le coût, ni l’efficacité, juste pour donner l’impression qu’« ils font quelque chose »

Poussières

Mort aux Rats !Depuis les élections, j’ai assité, écoeuré à la grande braderie des barons du PS. Notre roi président a très bien mené sa barque, tel un fameux parrain de cinéma, il à fait à ces messieurs dames des offres qu’ils « ne pourraient pas refuser ».

Oh, refuser, ils auraient pu dans le fond, ça ne leur aurait pas couté grand-chose de préserver leur intégrité : un peu de traversée du désert, un peu moins d’attention médiatique, se retrouver dans l’opposition. Ah bien sûr les offres en face étaient prestigieuses, et souvent suffisamment bien emballées pour que ces messieurs préservent sinon leur dignité, du moins l’apparence de celle-ci.

Le fait demeure : les ténors du PS se sont vendus, les uns après les autres à la majorité nouvellement élue, à grand renfort d’un battage médiatique joyeusement orchestré par l’Élysée pour bien finir de dégouter l’électorat de gauche et lui mettre le nez quelques centimètres plus bas que terre.

Dans le fond, est-ce si surprenant ? Le politique, par essence est un animal opportuniste, et rares sont ceux qui après des années passées au pouvoir, ou dans ses contre-allées, qui conservent ne serait-ce qu’un fond de leur idéalisme du départ (car je veux croire, peut-être naïvement, qu’on n’entre pas en politique par désir d’acquérir position, influence, reconnaissance médiatique et couvertures de Gala, c’est l’habitude, les magouilles, les tractations d’arrière-chambre qui usent et désabusent).

Et pourtant, je garde un fond d’optimisme dans cette histoire. Les rats ont quitté un navire malmené par peur du naufrage, tant mieux, il n’en est que plus léger. Peut-être que ceux qui ont eu le courage d’y rester pour tenter de le maintenir à flot auront la tâche plus facile, maintenant qu’ils ne doivent plus composer avec ces masses grouillantes d’intérêts personnels.

Je ne me fait pas d’illusion, la renaissance de la gauche ça n’est pas pour demain. Même aidés par les excès du roi président et de la reine sa femme il faudra du temps avant que la confiance revienne, que les projets deviennent cohérents et que Sarkoland redevienne autre chose. Et ça se fera probablement après que les hyènes aient fini de se battre pour emporter un morceau de la charogne, ce qui reste d’un espoir. Là encore, tant mieux, place nette, et nouveau départ, ce ne serait pas plus mal.

En attendant, je ronge mon frein, je fais le gros dos et j’attends des lendemains meilleurs.

 

On a ga..perdu !

Pub RTL Royal-HollandeOuf ! Un grand soulagement s’abat sur la France, les élections sont enfin finies. Au final, la gauche à de quoi se réjouir : Le PS sort de ces législatives avec davantage de sièges qu’auparavant. Certes on est loin d’une cohabitation, mais ça, personne n’y croyait, et personne n’en voulait. En tous cas, la cata de l’hégémonie intégrale de la droite a été évitée, c’est toujours ça.

Nous autres le petit peuple on a de quoi se réjouir aussi : tout d’abord, les élections sont terminées. Le grand battage pré-électoral va se calmer pour au moins un an, les jeux sont faits, maintenant il va juste faloir encaisser le fait que la droite sort quand même ultra-majoritaire de ces élections, et les lourdes conséquences que ça va avoir sur nos quotidiens.

Du reste, hier soir à la TV, c’était assez amusant, les journalistes sur le plateau de France 2 s’ingéniaient à mettre les élus de droite en position de perdants : « d’accord, vous avez gagné mais moins que prévu, au fond vous avez un peu perdu » semblait être le mot d’ordre de la soirée, et de Borloo à Morin, en passant par Bertrand, tous étaient sur la défensive.

C’est vrai que la « TVA sociale », le refus d’augmenter le SMIC, l’annonce des franchises médicales, tout ça entre les deux tours, ça faisait un peu beaucoup à digérer. On se demande vraiment ce qui leur a pris ? Excès de confiance en eux après l’explosion du premier tour peut-être. Ils ont vraiment cru pouvoir tout se permettre. Et les électeurs leur ont fait savoir leur déplaisir à la perspective de voir leur pouvoir d’achat se faire la malle en suisse dans les bagages de Johnny et consorts. Piquer aux pauvres pour donner aux riches, ça se fait depuis la nuit des temps, mais c’est jamais populaire de le clamer ouvertement. Grisés par la victoire annoncée, ils ont dû l’oublier.

Un ami me disait hier soir quelque chose comme :

« dans le fond ils sont coincés : tu taxes le capital il se barre, t’as besoin de la thune, les seuls que tu peux taxer et qui peuvent pas se casser parce qu’ils n’en ont pas les moyens, c’est les pauvres, donc taxons les pauvres »

Un peu rude peut-être, mais pas totalement dénué de fondement.

Évidemment, au-delà de ça, la vraie nouvelle de la soirée, celle qui va faire la une des hebdos pipole, jaser, gloser, commenter, c’est la séparation officielle entre Ségolène Royal et François Hollande, annoncée par Marianne sur son site web, vers 22h.

On peut s’attendre à un raz-de-marée éditorial sur le bouquin qui l’annonce, tant mieux pour ses auteurs. Ça m’agace un peu du reste : pendant qu’on va jacasser sans fin sur le couple vedette, faut pas oublier que dès mercredi, la nouvelle législature se met en place, et que la droite va pouvoir faire voter ce qu’elle veut, sans rencontrer d’opposition ou presque, et ce qu’elle veut, pour ma part j’en veut pas, mais je vais devoir me l’avaler quand même.

Enfin, il y a quand même une bonne nouvelle dans tout ça : Juppé s’est fait virer de Bordeaux, et du coup du gouvernement, personnellement, ça me réjouit 🙂

Ça picole en Sarkoland

Le pauvre Sarko vient de faire la connaissance avec la vodka, et visiblement ça ne lui réussit pas.

Il faut dire à sa décharge que les russes sont de sacrés buveurs, et qu’ils tiennent le « non merci» pour une insulte.

M’enfin quand on est un peu plus grand qu’un schtroumpf d’une part, chef de l’état (nouvellement élu, mais tout de même), de l’autre il faut apprendre soit à tenir, soit à refuser, soit à esquiver la conf de presse juste après. C’est pas pour dire du bien de Chirac, loin de moi l’idée, mais lui au moins, il savait encaisser.

Là le nain nous offre l’image pitoyable d’un mec bourré au sortir d’un rade de ville minière un samedi soir après la paye, et franchement, ça fait désordre.

T’imagine la réputation au G8 ? « Le français, t’as qu’à le faire boire un peu, après il te signe tout ce que tu veux ».

Y’a pas un article pour les hauts fonctionnaires qui peut les faire virer pour « ivresse dans l’exercice de leurs fonctions « ? 🙂

On note au passage que les télé françaises se sont pas bousculées pour passer l’info au 20 heures. Merci les belges.

un autre extrait sur LCI ou il apparait se remettre un peu (et que ses partisans voudraient utiliser pour contrer la vidéo précédente, mais bon il rigole, et il rote tout de même dessus)

Rejoins moi en Sarkoland… Si tu peux.

Je me suis levé tôt ce matin, ça me donne le temps de parcourir la presse que je ne lis habituellement pas. Et donc, j’apprends par le Figaro que la droite, à l’aise dans ses baskets, annonce tranquillement un projet de durcissement du regroupement familial. Selon la dépêche :

Il a pour objet principal un durcissement des conditions d’accès au regroupement familial en obligeant «le membre de famille qui demande à rejoindre la France» à bénéficier «dans son pays de résidence d’une évaluation de son degré de connaissance de la langue et des valeurs de la République». Si le besoin s’en fait sentir, «l’autorité compétente organisera sur place une formation d’une durée maximale de deux mois».

Alors, on se demande vraiment si c’est pour draguer dimanche le peu d’électorat FN encore pas convaincu que cette annonce est faite maintenant. Quoi qu’il en soit, y’a des choix de mots savoureux : «…bénéficier dans son pays de résidence…». C’est une faveur qu’on leur fait à ces pauv’ gens… Voyez comme on est gentil, on veut qu’ils se sentent bien quand ils arrivent ici…

Et on va obliger les familles, sous peine de suspension des allocations familiales, à « s’engager à faciliter l’intégration de leurs enfants dans la société française, en leur offrant un apprentissage renforcé du français. » Ben tiens.

Avant y’avait la carotte et le bâton, en Sarkoland, c’est le bâton et le bâton 🙂

Ils pourraient attendre le deuxième tour non ?

Une lecture rapide du Monde de ce matin m’apprend que François Fillon veut « ouvrir le chantier de la TVA sociale ».

Il s’agit, selon M. Fillon, « d’examiner dans quelles conditions nous pouvons financer notre pacte social sans faire porter l’effort sur les seules cotisations liées au travail », qui sont « trop élevées » et qui « entraînent la délocalisation du travail ».

Je dois être bête, sûrement, mais si je comprends bien l’objectif, il consiste basculer le financement de la Sécu, du moins une partie, en réduisant les cotisations patronales, qu’on reporte vers la TVA. C’est le MEDEF qui doit être content.

Je dis pas que les TPE vont pas en profiter (je bosse dans une boite de 5 personnes, les charges on les voit passer merci), mais, outre que la TVA n’est pas l’impôt le plus juste qui soit (quand tu gagnes 700 € ou quand t’en gagnes 7000, crois moi tu la ressens pas pareil la hausse de la TVA), on fait une fois de plus un joli cadeau aux entreprises, en le faisant payer à ceux qui en ont le moins les moyens.

Le démantèlement a commencé, et ces empaffés n’ont même pas la décence d’attendre de se voir confirmer leur écrasante majorité à l’assemblée pour l’annoncer.

Sarko, dans le fond, c’est l’inverse de Robin des bois : Il prends aux pauvres pour donner aux riches.

Bienvenue en Sarkoland

3 of 4
1234