Actualités

Trois mois à peine pour tirer la chasse sur l’état de droit

Trois mois à peine pour tirer la chasse sur l’état de droit

C’est le temps qu’il aura fallu à nos chers élus pour passer de « je suis Charlie » à « faisons fermer leur gueule à ceux qui osent l’ouvrir ».

Le 16 janvier dernier, un peu moins d’une semaine après les attaques et la tempête médiatique corollaire, je prédisais que nos gouvernants allaient s’en donner à cœur joie à coups de lois liberticides. On le voyait venir gros comme une maison. Tristement ça n’a pas manqué. On commence par une loi qui autorise le blocage administratif des sites considérés (pas ‘jugés’ par un juge avec la possibilité de se défendre, ‘considérés’, par une autorité administrative auto-désignée comme seul juge, seul recours) comme terroristes. On ne laisse même pas passer un peit mois qu’on cherche à étendre le blocage aux sites tenant des propos ‘antisemitistes et/ou racistes’, et certains mouillent déjà leur slip à l’idée de ‘bloquer les propos injurieux envers les élus’.

Et puis derrière on nous concocte une ‘loi renseignement’ qui permettra de faciliter, là encore sans l’intervention d’un juge, la surveillance instantanée des présumés terroristes. La remise des clés de chiffrement, l’installation de backdoors dans les applications sont parmi les mesures annoncées…

Il va falloir combien de temps pour étendre celle loi là à la surveillance généralisée de tout un chacun sans recours aucun ? Trois ans ? Ttois mois ? Trois semaines ?

On a encore, pour combien de temps on s’interroge, le droit de s’en indigner, de protester, de mettre à notre niveau en place des mesures pour contrer cet espionnage constant de nos vies.

Ne vous étonnez pas si dans l’année suivent des lois pour interdire ou limiter l’usage de VPN, l’interdiction de chiffrer son disque dur via VeraCrypt, le blocage des sites qui proposent des logiciels de chiffrement, l’interdiction d’utiliser TOR, l’obligation d’utiliser le résolveur DNS de son fournisseur d’accès (voire le DNS unique du gouvernement hein, pourquoi pas) à l’exclusion de tout autre.

Bientôt un email envoyé chiffré avec GPG vous vaudra la mise au gnouf, Guantanamo style, avec des gus en noir qui débarquent en pleine nuit, te collent un capuchon sur la tête et t’embarquent pour une taule discrète. (D’accord je pousse peut-être le bouchon là, mais….)

Nous assistons petit à petit à la mise en place, chez nous et chez nos voisins d’état policiers, et les choses s’accélèrent. Le mouvement ne date pas d’hier, on le sent venir depuis une douzaine d’années. C’est juste que maintenant les technologies pour donner aux gouvernements les moyens de contrôle parviennent à maturation et sont prêts à être déployés à vraiment grande échelle.

Ceci au fond ne fait rien, juste un billet de (mauvaise) humeur.

Sony, Netflix, VPN, ou comment se tirer une balle dans le pied

Netflix et vpnDans la série bêtes et méchants, les studios, tels que Sony, viennent d’atteindre un nouveau niveau de bêtise.

Pour ceux qui l’ignoreraient, Netflix n’est disponible que dans certaines régions, les autres n’ont qu’à attendre que les studios veuillent bien passer un accord de diffusion avec un distributeur dans leur pays.

L’ennui, évidemment, c’est que certains pays comme l’Australie, friands de séries US, ne sont pas desservis par Netflix, pour des raisons d’accords. Qu’à cela ne tienne, les australiens, pas plus bêtes que d’autres, se sont mis en masse à adopter les VPN et à payer un abonnement à Netflix US.

Mais que nenni” ont fini par rétorquer les studios, “nous voulons le contrôle absolu de qui a le droit de voir quoi, où et quand” (je paraphrase hein, parce que je doute que le robot corporatiste moyen parle français d’une part, ou si c’est le cas connaisse l’expression que nenni). En conséquence, comme l’indique Torrent Freak, Sony a signé (ou plutôt a forcé Netflix à signer) un accord pour empêcher les utilisateurs étrangers de se connecter à Netflix US via un VPN.

geofilteringL’histoire court depuis le mois de mars dernier quand les studios ont commencé à traiter les abonnés payants de Netflix utilisant un VPN de “pirates” et là on vient de commencer à voir Netflix lancer ses premier tests de blocage de VPN.

Ben qu’est-ce que vous imaginer qui va se passer ? Que les gens qui se retrouvent d’un coup bloqués par Netflix vont bien sagement s’arrêter de regarder leur séries favorites ou que ces mêmes personnes qui payent – redisons-le ces gens payent pour regarder leurs vidéo préférées – vont se tourner vers des solutions …. alternatives (comme un fork de Popcorn Time, ou un autre fork (avec VPN intégré), voire un troisième (qui stream dans un navigateur) ) ? Rien qu’en Australie on estime à environ 200 000 les “abonnés VPN” à Netflix.

Ces cons on trouvé l’art et la manière de créer 200 000 “pirates” en un coup de blocage. Bravo, fallait y penser.

Netflix et doublefacepalm

 

Et aujourd’hui un petit trackback chez Seb Sauvage

Seb Sauvage, dont je suis un fervent lecteur (silencieux parce que son système de blog ne permet pas les commentaires, c’est un choix… en même temps j’imagine qu’il n’a pas envie de s’emmerder à les gérer), Seb sauvage donc, nous livre aujourd’hui une opinion intéressante sur la numérisation des livres par Google. avec laquelle je suis plutôt d’accord.
Allez lire, c’est là : http://sebsauvage.net/rhaa/index.php?2009/12/10/09/51/20-sarkozy-est-hostile-au-numerique

En Sarkoland ta gueule tu fermeras

En Sarkoland, la critique est un art qui se perd… Enfin, le droit de critiquer, voire même de simplement rapporter des faits, avérés exacts, mais qui on l’heur de déplaire au résident du château.

A la suite de la révélation par Libé des propos.. disons musclés du président à l’égard de certains de ses homologues au cours d’un déjeuner, Madame royal s’est de nouveau répandue en excuses, tandis que l’Elysée démentait à tout rompre, tout en tapant sur l’ancienne candidate à la présidentielle.

Le fond de cette polémique n’est pas finalement de savoir si le président est critiquable ou pas, ni si Ségolène va devoir continuer de multiplier les excuses qui lui assurent une existence médiatique à pas cher dans le but de ne pas disparaitre du paysage. Le fond, c’est que M. Sarkozy trouve blâmable qu’on ose le critiquer, le fait savoir en détachant la laisse de ses chiens qui ne se gênent alors pas pour se répandre en accusations puantes à l’égard de ceux qui ont osé élever la voix à son encontre.

Le fond, c’est que nous sommes (encore) dans une république (comme le président ou ceux qui rédigent ses discours n’ont de cesse de s’en glorifier), que la loi garantit la liberté d’expression, n’en déplaise au prince, que les propos rapportés ne sont pas diffamants mais le simple énoncé de l’attitude d’un homme qui a, lui, moins de respect pour la fonction de chef de l’état qu’il n’en réclame, voire n’en exige de ses sujets administrés.

Le fond c’est que M. Sarkozy, pour intelligent qu’il soit, pour beau parleur qu’il se révèle, est doté d’un tempérament qui lui fait souvent parfois oublier la modération dont le tenant de sa fonction devrait savoir faire preuve dans ses propos, et qu’il a ensuite l’audace la candeur de s’étonner qu’on puisse désapprouver ses manières.

pov’ chou va…

Black-Out

HADOPI - Le Net en France : black-out

Mes visiteurs habituels (je veux dire ce qui n’ont pas tapé « bébé chinois qui fument à poil » dans gougeule) auront noté le changement de couleur du blog. La raison en est que je suis le mouvement de black-out préconisé par la quadrature du net. (détails dans le lien… dossier complet et note de synthèse à transmettre à votre député (voir billet précédent) ci-dessous)

Télécharger le dossier complet (PDF) / la note de synthèse (2p PDF)

On peut aussi signer la pétition de SVM

On lira aussi avec intérêt Les 10 Bonnes raisons de dire non à HADOPI, un article de Guillaume Chapeau pour Numerama

Rejoindre le groupe Facebook « Pétition contre Hadopi« 

Le retour du Paquet Telecom

Deux petites choses à remarquer aujourd’hui :

D’abord, seb sauvage qui signale que le petit Nicolas, qui veut obliger les fournisseur d’accès à bloquer les sites de pornographie infantile. Qui va oser protester contre cette louable intention hein ? Sauf qu’on sait comment ça commence, on fait voter une loi sous prétexte de protéger les mômes, et au final on se retrouve avec un instrument de censure trop tentant pour ne pas l’utiliser à toutes les fins de blocage des gens qui dérangent.

D’autre part, la Quadrature du net, ne baisse pas les bras, et nous alerte sur les nouveaux amendements glissés en douce dans le Paquet Telecom (décidement, celui là nous cause bien des affres). Je vous recommande particulièrement la lecture de ce billet et des scénarii possibles si ces amendements étaient adoptés.

Ce qui est inquiétant c’est quand on combine les intentions de censure déclarées de certains gouvernement (aux rangs desquels le nôtre figure en très bonne place), avec la possibilité offerte aux FAI de restreindre les accès au niveau le plus bas de la couche réseau. (si ton fournisseur limite de facto les protocoles auxquelles ton offre d’accès te permet d’accéder, tu risque d’avoir des problèmes pour contourner les censures camarade, un peu comme si, non content d’ériger un mur autour de toi, on te ligotais pieds et mains pour être sûr que tu grattes pas le mortier avec les ongles).

Le porte-parole ferait bien de la fermer des fois

Lu hier dans Libé une citation de Frédéric Lefebvre à propos d’un projet de loi que pour ma part je trouve quelque peu scélérat :

La dénonciation est un devoir républicain

On pourrait dire à ce monsieur que ses déclarations sont réminiscentes d’une époque où il ne faisait pas bon vivre, mais on se doute qu’il le sait déjà.

On attends avec impatience qu’il propose de remplacer « Liberté, égalité, fraternité » par « travail, famille, patrie » aux frontons des mairies, ce serait dans la ligne….

La machine à faire mouiller les publicitaires

Panneau Numéri-Flash à la station Opéra. D.R.Tous ceux qui ont lu de la science-fiction un peu assidument sont tombés un jour ou l’autre sur un bouquin où le héros débarque d’un astroport quelconque et se fait agresser par une publicité envahissante, en général sous forme d’hologramme, qui s’accroche à ses basques.

La bonne nouvelle, c’est qu’on en est pas encore là. La mauvaise, d’un autre côté, c’est que la RATP, toujours à la pointe de la technologie quand il s’agit de rafler du blé, un peu moins quand il s’agit de réguler le trafic de la ligne 13 (mais je m’égare), s’apprête à déployer d’ici la fin 2009 de nouveau panneaux publicitaires intelligents.

Pour citer le communiqué de presse :

Constitué d’un écran LCD Full HD Samsung de 70 pouces (90cmx160cm), le Numéri-Flash est :

révolutionnaire et avant-gardiste car il offre de multiples possibilités en termes de diffusion : contenus sous forme d’images fixes ou animées et par la suite des images 3D.

intelligent, car il intègre bon nombre de fonctions performantes :

  • Diffuse des boucles de messages séparément, par groupe de mobiliers ou en réseau,
  • intègre des fonctions de diagnostic de pannes et de réparations automatiques,
  • intègre des capteurs qui régulent la température, l’hygrométrie, les chocs,
  • émet une alerte en cas de vibrations ou de chocs violents.

Pour la première fois, un média est conçu et installé avec son dispositif de mesure d’audience intégré. Le système est continu, seconde après seconde, 365 jours par an.

Ces aimables machins sont donc conçus pour renvoyer en permanence de l’information sur l’audience de telle ou telle pub, en temps réel à leur régie publicitaire. Et ce n’est pas tout, à terme, en passant devant ils enverront également des messages de pub ou des coupons de réduction vers votre portable, via des fonction Bluetooth. Les capteurs d’audiences, eux, sont capables de déterminer avec précision vers quelle partie de la publicité affichée l’attention du passant est attirée.

Déjà, ce profilage, ça m’agace un poil. Mais projetons nous un peu dans la tête du marketroïde de base… On a des capteurs d’un côté, des passants tous munis d’une carte à puce RDIF de l’autre (le fameux passe Navigo, devenu la norme dès le mois de janvier 2009). Maintenant, si on compile des données statistiques en temps réel, qu’on peut repérer par quoi un passant donné, identifié par sa puce Navigo, a été le plus attiré, en théorie, on pourrait afficher une pub individualisée à chaque passant (ou groupe de passants), et lui envoyer directement sur son portable un message personnalisé pour répondre à ses centres d’intérêt.

Bon, bon d’accord, je me projette, c’est de la science-fiction et je suis paranoïaque… Enfin dans les bouquins de SF sus-cité, je crois me souvenir qu’on pouvait se procurer des dispositifs anti-pub envahissantes, pour combattre ces saletés. Serait temps que quelqu’un se mette à les développer, je flaire une niche à occuper 🙂

Je crois que je n’aime pas Anne Humbert.

Trois avocats conversant par Daumier Epidemik est un blog que je lis régulièrement depuis sa création, et sur lequel je ne taris pas d’éloges, tant par la qualité des billets, rédigés par un collectif d’auteurs variés, que par l’humour grinçant qui s’en dégage au fil des pages et des commentaires.

Seulement voilà, l’humour grinçant, ça ne convient pas à tout le monde, et ses victimes manquent parfois singulièrement de fair-play. Pour preuve, Anne Humbert, qui fut rédactrice en chef de LadiesRoom, cible de quelques piques dans les pages du blog sus-cité, plutôt que de rétorquer par le même biais a choisi la voie judiciaire pour faire retirer des billets la citant d’Epidemik.

Certes, on peut concevoir que la dame se sente blessée, victime d’une critique injustifiée, mais était-il nécessaire d’en arriver aux mises en demeures, aux menaces de poursuites, à l’acharnement judiciaire ?

On sait que l’exemple vient de haut, notre président n’hésitant pas à se couvrir de ridicule en poursuivant des fabricants de jouets à son effigie, une journaliste peut se sentir dans son droit de demander le retrait d’un texte la concernant. Cependant on peut aussi trouver la réaction disproportionnée. Les prétoires sont déjà suffisamment encombrés sans qu’il soit besoin d’y ajouter les griefs du premier venu qui s’est fait quelque peu malmener par voie de presse. Il existe une chose nommée « droit de réponse », qui en l’occurence, à mon sens, eut été bien suffisante, et qui, si on le manie avec un tant soit peu de brio (et n’oublions pas que le métier d’Anne Humbert est d’écrire), peut retourner les rieurs dans votre camp.

Mme Humbert n’a pas choisi visiblement d’exercer ce droit, préférant la menace et la censure, ce n’est pas à son honneur, et, sans la connaître ni préjuger des qualités humaines dont elle fait peut-être preuve par ailleurs, je dirais qu’au vu de ces actes, je crois que je n’aime pas Anne Humbert.

Pour plus d’infos, reportez vous à ces billets :

Epidemik mis en demeure pour une phrase

De l’affectation et du préjudice

Foutages de gueules

Toujours dans la série des choses qui m’agacent. Qu’est-ce que je peux être agacé depuis un moment…

Bataille de chiffres au PS.

Déjà qu’en France, l’opposition n’était plus qu’un terme pratique pour la droite histoire de perpétuer l’idée fallacieuse que nous vivons dans une démocratie, voilà que le seul parti politique de taille suffisamment conséquente pour pouvoir espérer mettre un jour un terme au règne sans partage du néolibéralisme nous joue la pièce lamentable que l’on sait. Putain, quels cons !

Vous pensez qu’avec ces conneries on en a pas fini avec les empaffés qui nous gouvernent ? Vous avez raison.

La main droite te taxe, la main gauche t’embastille.

Dans la série des trucs pénibles à avaler, il y a toujours la loi HADOPI, passée en procédure d’urgence histoire qu’elle soit adoptée avant le vote définitif de l’Europe qui via l’amendement 138 au Paquet Télécom a rejeté à 88% l’idée qu’on puisse couper l’accès à internet à quelqu’un en dehors de toute procédure judiciaire. Ça ne grandit pas le nain, monté au créneau personnellement sur ce coup là.
Mais si ça ne suffisait pas voilà que la Commission pour la copie privée ou Commission d’Albis,  qui fixe les rémunérations  pour le droit à la copie privée propose une augmentation de 15% de la taxe sur les produits électroniques (DVD vierges, clés USB, badadeurs multimédia et autres disques externes), au prétexte que ces produits serviraient essentiellement à stocker des fichiers piratés.

J’aimerai comprendre la logique.. D’un côté on cherche à nous taxer l’utilisation d’outils de stockage pour compenser le manque à gagner soi-disant dû au piratage (manque à gagner qui reste à prouver, nonobstant les déclarations grandiloquantes des sociétés d’auteurs et autres lobbies de l’industrie du divertissement), de l’autre on veut mettre fin à la copie illégale en votant des loi qui légitiment la surveillance de nos actes par des société privées en dehors de tout cadre judiciaire.

De deux chose l’une : soit la loi Hadopi est votée et devient efficace, dans ce cas la copie de contenus protégés devient inexistante, et les raisons de l’augmentation cette taxe deviennent caduques, soit il est impossible de mettre fin à la copie de contenus protégé, la taxe a bien une raison d’être, mais dans ce cas, l’adoption de la loi Hadopi n’est qu’une mascarade.

Vous avez le sentiment qu’on se fout de votre gueule ? Vous avez raison.

Travailler plus longtemps pour pas gagner moins.

Après le vidage de substance de la durée légale du travail à 35 heures, notre bien aimé gouvernement entends nous faire travailler jusqu’à notre mort ou presque. Cumuls de boulots, prolongation jusqu’à 70 balais… Rappelons qu’en France l’espérance de vie moyenne pour les hommes est de 77 ans, pour les femmes, de 84. Et qu’il s’agit d’une moyenne.
Personnellement, je ne me sens pas de me la jouer comme Molière, et de mourir en scène. Mais évidemment si tu fais bosser les gens jusqu’au jour de leur mort, ça résoud d’une certaine façon le problème du déficit des caisses de retraites.

Vous êtes comme moi, vous avez le sentiment qu’on nous mène à l’abattoir ? Vous avez raison.

La guerre ça tue

Notre mini président exprime sa « profonde émotion » à l’annonce de la mort d’un adjudant en Afghanistan et dénonce les « méthodes lâches et barbares » des « terroristes ». Ben ouais. On envoie des gens faire la guerre et après on s’étonne qu’il y ait des pertes et que l’ennemi se laisse pas gentiment buter sur place.

En cherchant bien, on devrait pouvoir retrouver des communiqués qui dénoncent la lacheté et la barbarie des terroristes, émanant d’à peu près n’importe quelle autorité en guerre contre un groupe réduit… La propagande ça ne change guère de méthode, quels que soient ceux qui controlent les média à un instant donné.

Vous avez l’impression qu’on vous jette de la poudre aux yeux ? Ouais, vous avez raison.

1 of 4
1234