Menteur et même pas gêné

Mieux vaut entendre ça qu’être sourd, mais tout juste…

J’ai relevé dans un gratuit ce matin un extrait du discours de Nicolas Sarkozy évoquant l’attitude du président polonais à propos de la ratification du traité de Lisbonne :

« …Il a donné sa parole, une parole, ça doit s’honorer, c’est une question de morale ».

On appréciera l’ironie de la déclaration deux jours après que le même Nicolas ait, sans état d’âme particulier, renié la parole donnée par la France aux anciens activistes des Brigades Rouges réfugiés en France et confirmé (à grand renfort médiatique) l’extradition de Marina Petrella.

Le respect de la parole donnée est de toute évidence une notion sujette à de multiples interprétations dans l’esprit de monsieur Sarkozy.