Trois mois à peine pour tirer la chasse sur l’état de droit

Trois mois à peine pour tirer la chasse sur l’état de droit

C’est le temps qu’il aura fallu à nos chers élus pour passer de « je suis Charlie » à « faisons fermer leur gueule à ceux qui osent l’ouvrir ».

Le 16 janvier dernier, un peu moins d’une semaine après les attaques et la tempête médiatique corollaire, je prédisais que nos gouvernants allaient s’en donner à cœur joie à coups de lois liberticides. On le voyait venir gros comme une maison. Tristement ça n’a pas manqué. On commence par une loi qui autorise le blocage administratif des sites considérés (pas ‘jugés’ par un juge avec la possibilité de se défendre, ‘considérés’, par une autorité administrative auto-désignée comme seul juge, seul recours) comme terroristes. On ne laisse même pas passer un peit mois qu’on cherche à étendre le blocage aux sites tenant des propos ‘antisemitistes et/ou racistes’, et certains mouillent déjà leur slip à l’idée de ‘bloquer les propos injurieux envers les élus’.

Et puis derrière on nous concocte une ‘loi renseignement’ qui permettra de faciliter, là encore sans l’intervention d’un juge, la surveillance instantanée des présumés terroristes. La remise des clés de chiffrement, l’installation de backdoors dans les applications sont parmi les mesures annoncées…

Il va falloir combien de temps pour étendre celle loi là à la surveillance généralisée de tout un chacun sans recours aucun ? Trois ans ? Ttois mois ? Trois semaines ?

On a encore, pour combien de temps on s’interroge, le droit de s’en indigner, de protester, de mettre à notre niveau en place des mesures pour contrer cet espionnage constant de nos vies.

Ne vous étonnez pas si dans l’année suivent des lois pour interdire ou limiter l’usage de VPN, l’interdiction de chiffrer son disque dur via VeraCrypt, le blocage des sites qui proposent des logiciels de chiffrement, l’interdiction d’utiliser TOR, l’obligation d’utiliser le résolveur DNS de son fournisseur d’accès (voire le DNS unique du gouvernement hein, pourquoi pas) à l’exclusion de tout autre.

Bientôt un email envoyé chiffré avec GPG vous vaudra la mise au gnouf, Guantanamo style, avec des gus en noir qui débarquent en pleine nuit, te collent un capuchon sur la tête et t’embarquent pour une taule discrète. (D’accord je pousse peut-être le bouchon là, mais….)

Nous assistons petit à petit à la mise en place, chez nous et chez nos voisins d’état policiers, et les choses s’accélèrent. Le mouvement ne date pas d’hier, on le sent venir depuis une douzaine d’années. C’est juste que maintenant les technologies pour donner aux gouvernements les moyens de contrôle parviennent à maturation et sont prêts à être déployés à vraiment grande échelle.

Ceci au fond ne fait rien, juste un billet de (mauvaise) humeur.